Les éditeurs de réseaux sociaux se doivent de mettre en œuvre les mesures nécessaires pour protéger les données de leurs membres afin de respecter au mieux leur vie privée

Le fonctionnement de la plupart des réseaux sociaux repose sur la mise à disposition d’un service gratuit en contrepartie d’une collecte d’informations pour une utilisation commerciale (analyse des profils et de la navigation sur internet pour délivrer de la publicité ciblée, transmissions de données à des tiers, etc.) Or, il est difficile de déterminer le devenir de ces informations une fois qu’elles sont sur le réseau. C’est pourquoi, les éditeurs de réseaux sociaux doivent :

– définir des paramètres par défaut limitant la diffusion des données des internautes ;
– mettre en place des mesures pour protéger les mineurs ;
– supprimer les comptes qui sont restés inactifs pendant une longue période ;
– permettre aux personnes, même si elles ne sont pas membres des réseaux sociaux, de bénéficier d’un droit de suppression des données qui les concernent ;
– proposer aux internautes d’utiliser un pseudonyme, plutôt que leur identité réelle ;
– mettre en place un outil accessible aux membres et aux non-membres, sur la page d’accueil des réseaux sociaux, permettant de déposer des plaintes relatives à la vie privée.

En France, la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés) est l’autorité française de contrôle en matière de protection des données personnelles. La commission a pour mission de protéger les données personnelles, accompagner l’innovation, préserver les libertés individuelles.

Le Swissness et les marques : que faut-il afin de revendiquer le caractère suisse d’un produit ou service ? Deuxième partie
Swissness and brands: how can you affirm a true Swiss identity for a product or service?